Le ciel est partout ♥

Un amour brulant,
une perte devastatrice,
Lennie lutte pour trouver sa propre melodie.
Alors que Bailey, sa soeur, sa meilleure amie,
vient de mourir, comment continuer ?
A-t-elle le droit de plaire elle aussi ? De desirer Toby ?
D’etre heureuse sans Bailey ?
Et comment ose-t-elle rire encore ?
Parfois il faut tout perdre pour se trouver…
Un hymne a l’amour, a la vie, a la musique et a l’ecriture !
__________________________________________________________________________________________________________

Waw. Ce roman est une vraie merveille ! Un bijou rempli d’émotions si puissantes que j’ai lâché une larme. Si puissantes que j’ai éclaté de rire des dizaines de fois ! Je comprends maintenant, ce que c’est de passer des rires aux larmes ! Car c’est ça. C’est ce livre.

 
Cette histoire pourrait être banale, la vie de Lennie après cet évènement féroce. Mais non, cette famille est si originale et ces personnages si bien construits, cette écriture si poignante qu’elle nous tient accrochée au livre du début à la fin, ses sentiments si forts et cette ambiance… Waw (préparez-vous, je vais le dire plus d’une fois ce mot). Ce n’est plus du tout un livre banal…

Ces personnages, je disais. Entre autre une famille très originale… J’ai été touchée par Lennie, la cadette qui n’est rien sans sa sœur… Enfin c’est ce qu’elle croit jusqu’à ce que celle-ci s’en aille… Maintenant elle est plus renfermée que jamais, ne croyant plus à la vie sans Bailey. Elle se ferme à tout le monde, même à Sarah, sa meilleure amie (Elle m’a fait rire celle-là, Ouah chiwawa ! :D)… Le seul avec qui elle a l’impression d’être comprise, c’est Toby. Le petit ami de Bailey, celui qui comme elle, ne sait plus quoi faire de la vie. Ils se comprennent et se retrouvent étrangement dans les bras l’un de l’autre à chaque fois qu’ils se parlent, malgré la culpabilité qui hante Lennie après ces moments… Comment ose-t-elle ? Mais il y a Joe aussi… Le nouveau, le beau français avec son sourire large comme les Etats Unis et ses battements de Cils. Cils. Cils. Ce Joe  qui partage sa passion pour la musique, ce Joe qui ne laisse pas indifférente… Manou m’a aussi touchée, elle, son mètre quatre-vingts et sa robe à fleurs, la jardinière de la ville. C’est elle qui remplace leur mère, celle qui est partie il y a si longtemps [et dont le portrait est maintenant une sorte de Christophe Colomb, voyageant sans cesse à cause de son « gène de la bougeotte »]… Dans la maison il y a oncle Big aussi, le Roméo local, le fumeur de joints invétéré et savant fou en prime.
Ils m’ont tous touchés, à leur manière…

Mais surtout c’est un grand Waw pour l’écriture de l’auteure ! Si entrainante, qui nous émeut, qui nous fascine… :D J’adore quoi !

Ce que j’ai préféré dans ce livre, ce sont les mots que jettent Lennie aux quatre vents, comme ça, elle écrits des souvenirs de moments avec Bailey, des poèmes ou des pensées comme ça. Elle les écrits sur des papiers qu’elle trouve, des gobelets ou les grave simplement sur un arbre… Tellement beau ! Je les relis tous et ils me fascine toujours autant, chacun…

Je ne peux que vous conseiller ce roman ! Cette chronique n’est pas à la hauteur de ce que j’ai ressenti au fil du livre… Jandy Nelson a su nous faire passer tant d’émotions, telles que la tristesse, suivie de près par la joie, la compassion, la passion et l’amour… :D Waw.

C’est un coup de cœur d’émotions, un hymne à l’amour, à la vie, à la musique et à l’écriture !

« Tout le monde m’a toujours dit que je ressemblais a Bailey, mais c’est faux. J’ai les yeux gris, les siens sont verts, un visage ovale, alors qu’elle l’a en forme de coeur, Je suis plus petite, plus rabougrie, plus pale, plus plate, plus banale, plus fade. Notre seul point commun: nos boucles folles que j’emprisonne en queue-de-cheval et qu’elle laisse cascader en furie autour de sa tete. Je ne chantonne pas dans mon sommeil, ne mange pas les petales des fleurs, ne cours pas sous la pluie au lieu de m’en abriter. Je ne suis que le modele debranche, la soeur d’accompagnement, recroquevillee dans un coin de son ombre. les mecs la suivaient partout: ils remplissaient les banquettes du restaurant ou elle etait serveuse, s’agglutinaient autour d’elle a la riviere. Un jour, j’ai vu un garcon surgir derriere elle et lui tirer une meche de ses longs cheveux. je le comprenais – Je ressentais la meme chose. Sur les photos de nous, elle regarde toujours vers l’objectif et moi, vers elle. »

Le ciel est partout
de Jandy Nelson
331 pages
11 €
*

Publicités

8 réflexions sur “Le ciel est partout ♥

  1. Tu me tentes bien. Ben dis donc, vu l’extrait, il n’a pas l’air tout drôle !! En tout cas, tu l’as bien choisi, on ressent beaucoup la tristesse des mots…c’est touchant ! bravo ;)

    • ;) Oui ce n’est pas tout drôle… Même si il y a une pincée d’humour par ci par là ! :D Je suis bien contente de te faire envie, j’ai tellement aimé :)
      Merci, c’est bien si l’extrait vous fais ressentir la tristesse des mots… ;) C’est si joli ce livre !

  2. Je trouve que l’écriture ressemble à celle de Sarah Dessen. Elle était magique, envoutante. Ce roman est très beau, très poétique, très vrai. Lennie est touchante, elle fait des erreurs. La fin est parfaite. Les personnages sont originaux. Un petit coup de coeur !

    • Je n’ai pas encore lu de Sarah Dessen mais ça ne saurait tarder, du fait que ma soeur qui a presque tous ses livres me répète souvent que c’est purement génial ! ;)
      Je partage ton point de vue à propos de Lennie, le fait qu’elle fait des erreurs etc la rend d’autant plus « vraie » je trouve ! ;) Mon avis n’est plus tout frais mais ce roman a été parfait pour ma part !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s